Notes pour une allocution du premier ministre à l’occasion de la réception offerte à son Éminence le Cardinal Louis-Albert Vachon, Québec, le 13 juin 1985

Votre Éminence,

Notre réunion d’aujourd’hui n’a d’autre objet que de saluer le plus cordialement, le plus chaleureusement possible et en toute simplicité le cardinal de Québec; je vous remercie d’avoir accepté notre invitation et d’avoir ainsi rendu possible cette rencontre. C’est avec grand plaisir que nous vous accueillons ici même, dans cet édifice du parlement, ce lieu, chargé d’histoire et véritable témoin de notre identité nationale, vous le connaissez d’ailleurs fort bien pour avoir toujours accepté de vous associer aux étapes significatives de la vie de notre société, telles qu’elles s’expriment dans nos institutions démocratiques. il me semble tout indiqué que notre rencontre se déroule ici. Nous tous, qui représentons bien des secteurs de l’activité publique et bien des orientations politiques: nous tous, qui assumons chacun à notre niveau, selon les mandats qui nous sont confiés, la responsabilité du bien commun, nous tenons à notre tour à vous rendre hommage et à vous assurer de nos voeux les meilleurs de succès dans l’exercice de ces nouvelles responsabilités qui vous incombent désormais depuis votre accession au collège des cardinaux, le 25 mai dernier, et qui se rajoutent à celles, déjà imposantes, que vous assumez à titre d’archevêque – primat du diocèse de Québec. Vos diocésains ont pu vous témoigner leur admiration, vous redire leur confiance et leur attachement lors de cette touchante rencontre publique de vendredi dernier, le 7 juin, à Québec. Voilà le message, identique, que nous tenons à vous transmettre nous aussi aujourd’hui. En le faisant au nom du Québec tout entier, en étant assurés en effet d’exprimer ainsi les sentiments réels d’un fort grand nombre de Québécois et de Québécoises qui, de toutes les régions, s’entendent pour vous adresser leur salut et vous assurer leur amitié. Éducateur de talent animateur doué, capable de communiquer son optimisme et sa détermination; homme d’une fidélité remarquable, qui s’est notamment illustré par un attachement profond et sincère au fait français, ici même au Québec comme pour l’ensemble du continent nord-américain où vivent tant de communautés francophones qui luttent encore pour leur survivance… Vous avez, éminence, touché bien des fois l’intelligence et le coeur des Québécois. Un événement comme celui que nous soulignons aujourd’hui nous fournit l’occasion de vous exprimer notre reconnaissance pour tant de générosité dans l’action, une générosité qui est toujours le signe distinctif de vos interventions et dont nous souhaitons pouvoir bénéficier bien longtemps encore. Si, désormais, Rome vous verra davantage, nous savons bien que le Québec et sa capitale ne vous perdent pas pour autant. Vous nous en avez d’ores et déjà convaincus et nous nous en réjouissons.

[QLVSQ19850613]

Share